Posez-moi Vos Questions

Poursuivez votre coaching ici en me posant des questions à propos de vos challenges personnels ou d’un objectif sur lequel vous travaillez.

Vos questions et les réponses que j’y apporte pourront être lues par les autres clientes. Vous pourrez également lire leurs questions et consulter mes réponses. Merci de ne pas répondre aux questions des autres.

Vous pouvez écrire de façon anonyme en changeant votre nom dans votre compte par “anonyme”. Si vous n’y parvenez pas adressez-moi un mail à lilyrozenn@jecroisauxmamans.com

Pensez à cliquer sur “s’abonner” pour recevoir un mail lorsqu’une réponse a été apportée à votre question. Choisissez alors “réponse à mes questions” dans le menu déroulant.

S’abonner
Notifier de
20 Questions
Inline Feedbacks
View all comments

Bonjour Lilyrozenn,
Merci pour cette opportunité!
Parmi les objectifs qui m’ont poussé à faire coaching, c’est ma relation fusionnelle (3 ans) avec mon fils. J’ai quand même trouvé de l’aide grâce à mon coaching, mais parfois ça ne passe pas, mon cerveau est figé sur ce qui ne va pas et sur ce qui devrait se passer.
Mon modèle par défaut
C: mon fils fait une crise de pleur lorsqu’il doit être séparé de moi (école, activité, sortie avec des amis…)
P: voilà ça commence, quand est ce que ça va s’arrêter, pourquoi ça ne s’arrête pas…
E: je suis énervée,
A : je ne suis pas patiente, j’ai tendance à être plus sévère avec lui…
R: je me sens fatiguée et à bout

Bonjour Lilyrozenn,
Merci pour cette belle idée de soutien en post coaching !
Pour rejoindre le contenu d’un post FB, il y a un avant et un après coaching : tout n’est pas parfait (50/50) mais ce qui est sûr c’est qu’en effet, on n’est plus jamais la personne que l’on était avant 😉

J’ai une question qui concerne un échange que j’ai eu avec une amie proche qui m’a fait part de sa perception d’une situation de clash qu’elle a eu avec mon fils (ado). Elle a en effet essayé d’analyser ce qui s’était passé ce jour là (il y a un mois environ), de comprendre et elle en est venue à ses conclusions dont elle m’a fait part la semaine dernière tout en évoquant ses ressentis négatifs de la situation.
Sur le moment, j’ai écouté tout ce qu’elle avait à dire pcq je sentais que c’était lourd pour elle, mais sans chercher à justifier ou à trouver des excuses à l’attitude de mon fils.
Quand elle est partie, j’étais agacée je crois et j’ai fait en sorte de mettre ça de côté (je retournais au travail). Mais physiquement je ressentais une gêne, une boule au ventre.
En fin de journée, j’ai repensé à tout ça, et j’étais à la fois peinée et en colère contre elle. Je ne suis pas d’accord avec ce qu’elle a pu dire car je crois qu’une grande partie de son ressenti de la situation parle d’elle-même et non de mon fils directement. Tout comme elle a vécu la scène de son point de vue, mon fils du sien et moi du mien.
Je ne cherche pas qui a tort qui a raison mais je sens bien que qq jours plus tard je suis toujours affectée de ce qu’elle m’a dit.
Et je crains que mon cerveau se mette à “chercher des preuves” au quotidien à ce qu’elle a posé comme des certitudes sur le fonctionnement de mon fils.

Merci d’avance pour votre aide afin d’éclaircir un peu tout cela.
Bonne journée

Bonjour Lilyrozenn,

Beaucoup de choses se bousculent dans ma tête! Des nouveaux réflexes sont acquis et en même temps, j’ai beaucoup de difficulté à reprendre mes écrits et clarifier mes pensées. Je me demandais si le fait d’être malade, d’avoir moins d’énergie modifiait selon vous nos pensées. Quand je suis dans une spirale négative des pensées néfastes, je me dis qu’il faut parfois retrouver de l’énergie (dormir dans mon cas) pour pouvoir penser de manière plus neutre. Ce n’est peut-être pas toujours le bon moment pour se coacher?

Ensuite, j’aimerais poursuivre et avancer dans le travail d’amour et de bienveillance envers moi-même. J’ai pris conscience de mon dialogue intérieur qui n’est pas très aimable… Je me suis rendue compte que cela devait être ma priorité car c’est ce qui m’empêche d’apprécier notamment mon couple, ma vie de tous les jours. Suite au coaching, je me suis retrouvée un peu perdue à ne plus savoir qui je suis, ce qui m’anime, ce que j’aime, ce qui me fait vibrer. Autant avant j’étais dans le “trop” vis-à-vis de l’extérieur, autant la situation actuelle fait que je me suis sentie dans un premier temps ressourcée, là c’est un vide qui (ré)apparait.

D’avance un grand merci pour votre retour!

Bonjour et merci pour cette fenêtre sur la suite de notre coaching !
Pour ma part j’ai appliqué sur de nombreux points notre coaching et si les résultats ont été là assez vite sur de nombreux points je me trouve encore devant deux situations que je n’arrive pas à gérer : une avec mon fils et l’autre professionnellement.

  • Avec mon fils j’ai pu travailler sur les soucis d’hygiène qui ont eu de beaux résultats mais il ne progresse pas sur le rangement de sa chambre malgré ce que j’ai pu mettre en application. Vous allez me dire que ce n’est pas de ma responsabilité mais de la sienne que de la ranger ou pas, ma responsabilité est de parvenir à lui faire comprendre pourquoi il faut le faire. Cela il a bien compris mais le résultat ne suit pas. Je lui demande donc de ne pas y manger pour éviter tout problème évident de santé et de fermer la porte pour que je ne vois pas ce fouillis. Mais le vrai souci est sur la scolarité, j’ai pu mettre en place un système de “gratification” sur la base d’argent de poche avec prime ou malus en fonction des notes qui le motive bien. Mais il ne parvient pas à se concentrer sur son travail et là je ne sais pas comment l’aider j’ai beau retourner le problème dans tous les sens je n’y arrive pas. Peut-être faut il que nous allions consulter un pédopsychiatre mais est-ce la solution ???
  • Avec mon travail, je suis toujours très touchée, je deviens agressive et piquante quand je me rends compte que quelqu’un n’a pas lu mes Comptes Rendus et pose des questions qui ont déjà été traitées dans ce CR ou quand quelqu’un me fait remonté un point que j’ai déjà vu, je sens alors dévalorisée,comme s’il pouvait savoir que ce point je l’avais déjà remarqué !!. Je ne sais pas par quel bout prendre le problème et comment me sortir de ce cercle infernal qui me gâche une petite partie de mon travail.

Merci à vous de votre aide précieuse et des clefs que vous nous donnez pour avancer de façon constructive dans notre vie.

Bonjour Lilyrozenn,

Merci infiniment pour cette opportunité que vous nous offrez de rester en contact avec vous pour ce coaching post coaching.

Voici ma question : en ce moment beaucoup de personne me disent que la vie frappe de plus en plus fort pour me dire d’arrêter quelque chose qui ne convient pas. Que la vie envoie des signes, des infos, des stops. Je ne sais pas trop ce que je pense de cette croyance mais je sais qu’elle me parle, elle me parait parfois utile ou parfois agréable à l’oreille. Mais j’ai peur d’être dans la facilité, l’abandon. Voire dans la mauvaise interprétation des signes (ce qui serait débile et sans fin si en fait il n’y a pas de signes comme dit mon mari) car au final soit on choisi de voir les stops soit on choisis de voir les portes ouvertes … et là j’ai l’impression que mon cerveau perçoit les stops et les interprète. En fait il y a vraiment beaucoup de stops, des groooosss, alors je me crois objective, d’ailleurs autour de moi tout le monde me dit “wow en effet c’est pas banal autant de situations qui se referment devant toi” … en bref, cela fait 1 mois que je me pose la question d’arrêter mon activité de traiteur que j’avais pourtant en rêve de commencer. Il se passe des choses, parfois inattendues et invraisemblables qui me mettent des stops un peu partout, des choses illégales également contre lesquelles je n’ai pas envie de me battre juridiquement mais des concurrentes me bloquent l’accès à des marchés, des gens qui annulent, qui ne paient pas, ou qui n’aiment pas et n’osent pas me le dire même dans un questionnaire de satis anonyme. Des recettes ratées, des commandes fournisseurs qui se perdent, des farines en rupture de stock nationales alors que j’ai une énorme commande qu’avec cette farine, des concurrentes qui commencent à vouloir partager la visibilité sur un lieu de vente alors que j’étais la seule dans le domaine sur la région. Et ce samedi, alors que je préparais un repas pour une cliente mon fils a eu un accident domestique. Et là je me dis ok, j’arrête ce métier-passion je crois que là, la vie me dit clairement stop très fort. Mais suis-je en train d’abandonner ? Suis-je en train de trouver mes réponses ? Des excuses ? Des signes ? Je suis un peu perdue entre tous ces termes, toutes ces croyances… Que penser des croyances irrationnelles… j’ai l’impression qu’elles existent en moi quand je n’ai pas la force de rester rationnelle, pas l’envie de me bouger les neurones ni de me poser sur un modèle. Laisser la vie décider m’apaise… accepter d’arrêter un rêve car je ne me sens finalement pas bien dans ce métier pour l’instant me fait ressentir de la tristesse, dégout et colère… du coup je plonge dans l’irrationnel : la vie me dit d’arrêter … (est-ce la vie ? est-ce mon comportement, mes actions, mes erreurs ? cuisiner dans un lieu où mon fils joue au lieu de demander à mon mari de se balader loin de la cuisine sur mon temps de travail ? … Et je sens qu’une de votre phrase de coaching pour m’aider à réfléchir plus clairement m’aidera à redevenir rationnelle 🙂

Mon rêve était d’avoir mon resto ou mon foodtruck alors je me dis bon bah voilà tu as essayé de faire un “sous” rêve et ça te plait qu’à moitié et la vie frappe pour te dire non non c’est pas ça, c’est pas maintenant. Continue ton métier, mets de coté et reprends plus tard et quand tu auras les moyens de développer ton vrai resto et foodtruck.

Un peu honte de vous demander tout ça car je vois bien que c’est une volonté de ma part de chercher des excuses plutôt que d’assumer mes interprétations et décisions, actes et besoins. Je prendrais bien un petit shot de “jecroisauxmamans” pour reprendre le dessus sur ces pensées “victime” des signes 🙂 merciii

ps: Mon activité de CM se porte très bien par contre 😉

Bien à vous
Julie

Bonjour Lilyrozenn,
Tout d’abord merci de nous offrir la possibilité de continuer à recevoir vos précieux conseils.
Mon mari a une addiction aux jeux d’argent et dépense l’intégralité de sons salaire en quelques jours. Après une séparation d’un an et un déménagement, nous avons décidé de repartir sur de bonnes bases et élever notre fille ensemble car malgré ce problème, l’amour et la volonté d’être ensemble sont bien présents.
Les bonnes bases devaient être : la diminution considérable du jeu et la participation au loyer ainsi qu’aux dépenses de notre foyer et plus de mensonges.
Cela fait 8 mois et jusqu’à présent, je n’ai pas perçu un seul loyer.
Il y a toujours un excuse, je n’ai pas encore trouvé du travail, je dois passer mon permis,….
A chaque conversation, il promet mais n’arrive pas à tenir ses engagements et à chaque fois j’ai l’espoir que cette situation change. L’espoir que notre couple redevienne comme avant, avant que le jeu ne vienne s’imisser dans notre vie, dans notre couple car avant cela nous n’avions jamais eu de problème de ce type.
Mais voilà, je dois faire face à un mari déprimé (il commence même à parler de suicide et cela me fait peur), conscient qu’il fait du mal que “c’est un danger pour nous” (notre fille et moi) et que ces actions sont néfastes, triste car il ne peut même pas acheter une boite de lait pour sa fille ou un cadeau pour son anniversaire. Malgré cette prise de conscience, aucune amélioration,….
Moi, je me sens impuissante, partagée entre le fait de lui en vouloir et l’envie de le soutenir et de passer cette épreuve ensemble.Entre le fait d’avoir envie de lui dire mais si tu t’en rends compte en plus et que cela te fait autant de mal mais change !!!!! Et entre le fait d’avoir envie de le rassurer et lui dire qu’il va s’en sortir, qu’il y a pire dans la vie et que l’argent n’est que matériel,….
Depuis notre coaching, j’ai compris que je n’avais plus envie de prendre la fuite mais d’être là, d’affronter ce problème et de prendre mes dispositions niveau financier pour minimiser l’impact de cette addiction. Pour le moment, j’y arrive.J’ai réussi à gérer ma peur des problèmes financiers et je me sens mieux et plus forte.
Mon principal problème actuellement c’est que je ne sais pas comment me comporter face à lui, j’ai l’impression que d’être trop “gentille et compréhensive” ne l’aide pas à se faire violence. D’un autre côté être trop stricte et en faire une source de conflit ne fonctionne pas non plus.
Merci d’avance pour les conseils que vous pourrez m’apporter.